Les années Before | Soft Machine | Matching Mole | Solo | With Friends | Samples | Compilations | V.A. | Bootlegs | Reprises|
Dedicated to RW


Peu d'artistes à ma connaissance font l'objet - alors même qu'ils sont encore en activité - de tant de marques de reconnaissance de la part de leurs pairs...

C'est pourtant le cas de Robert Wyatt dont je relève régulièrement les hommages qui lui sont adressés par le biais d'un Tribute, d'un titre de morceau ou d'une mention sur un album.

Quelques exemples qui s'enrichiront au fil de mes découvertes et de celles des internautes qui voudront bien me les signaler...




Tout d'abord les Tribute qui proposent une relecture parfois piquante des morceaux originaux...

On peut mentionner les principaux projets suivants:

- Soupsongs Live (2000)


- MW pour Robert Wyatt (2001)

- The Chansons Of Robert Wyatt & Moi (2003)

- The Different You - Robert Wyatt e noi (1998)

- Anthologie du Projet MW (2009)

- Mop Meuchiine Plays Robert Wyatt (2010)

- Dedicated To You, But You Weren't Listening (1992)

- The Chansons Of Robert Wyatt Et Moi... (2011)

- Round About Wyatt (1994)

- Around Robert Wyatt (2009)

- A Tribute To Robert Wyatt (2002)

- Comicoperando - A Tribute to the Music of Robert Wyatt (2010)




La dédicace à Robert Wyatt peut porter sur un album complet ou sur un morceau seulement. Quelques exemples...

- "L'oeil" - Forgas - 1990 (Musea - FGBG 4016.AR)

- "The Son of Unknown Fish" - Francesco Paolo Paladino & many friends - 2015 (Silents Pala 01CD/DVD)

- "Unrest" - Henry Cow - 1974 (Virgin ESD 80492)

- "Docteur Faust" - Igor Wakhévitch - 1971 (Pathé - 2 C072-11537)

- "Electronique Guérilla" - Heldon - 1974 (Disjuncta 12/13)

- "Songs From The Big Chair" - Tears For Fears - 1985 (Mercury 824 300-2)
   track 5 : I Believe

- "Barricade 3" - ZNR - 1976 (Isadora ISA 9002)
   Robert Wyatt est vivement remercié avec d'autres musiciens (Brian Eno, Fred Frith, Ivor Cutler...)

- "Traité de Mécanique Populaire" - ZNR - 1979 (SCOPA 10002)
   Le second morceau Nu au bain de la face Racaille est dédicacé à Robert Wyatt et Ivor Cutler avec
   cette mention "Au gros Robert et à son copain Ivor"...

- "Contents Dislodged During Shipment" - Tin Huey - 1979 (Warner Bros. Records BSK 3297).
   Sur la réédition de 2003 (Collector’ Choice Music CCM 342-2), une dédicace à Robert Wyatt
   accompagne le 1er morceau de l'album (reprise de I'm Believer de N. Diamond dont Robert
   Wyatt a interprété en 1974 une version ébouriffante).

- "Cloud, Castle" - Hey Sholay (2013) Fierce Panda
   track 2: If That Big Old Fat Yellow Thing in the Sky Was to Burn out I Would Grab You by the Hand
   and Float off into Orbit (A Song for Robert Wyatt)


- "Modern" - Popstar Assassins (2005) TriangleBulletLines Rec co. (TBL-003)
   track 9 : For Robert Wyatt

- "Ralph Sounds" - Ralph Carney - 1997 (Birdman Records BMR 017)
   track 12 : Robert Wyatt

- "Melalcoholic Angel" - Pier Paolo Vettori - 1999 (Beware! Records NF017)
   track 12 : Robert+Alfie

- Arp & Anthony Moore - 2010 (Rvng Intl. FRKWYS03)
   track 4 : Wild Grass II (for Robert Wyatt)

-"Blind Blemished Blues " - Nicolai Dunger - 2000 (Virgin Records – COOL14)
   track 4 : Tribute to Robert Wyatt

- "For Bob" - A L'Amitié - 2014 (Chambre404 Records - 88843075511)
   track 3 : "For Bob"












Aquaserge


Il est aussi une autre sorte d'hommage que nous pourrions appeler "à la manière de".

Le plus saisissant est celui d'Elisabeth Fraser qui reprend le magnifique At Last I Am Free dans la version de Robert Wyatt, elle-même reprise du morceau original de Chic, sorti en 1978.


 
Elisabeth Fraser - At Last I Am Free
 
Robert Wyatt - At Last I Am Free




Erik Truffaz a rendu explicitement hommage à Robert Wyatt en 2008 avec Mr Wyatt dans lequel voix et trompette invoquent brillamment l'esprit du sublime Little Red Riding Hood Hit The Road.


Mr Wyatt in Paris - Erik Truffaz (2008)




Remerciement à Robert Wyatt dans l'album SeaSong(e)s. du quartet Tocanne-Domancich-Läng et Gaudillat, paru en septembre 2017.

Comme le titre de l'album l'indique, cet album est un hommage explicite à l'univers de Rock Bottom et contient une reprise de Sea Song.











Pascal Comelade est un admirateur inconditionnel de Robert Wyatt qu'il cite dans chacune de ses interviews et dont il proposera des reprises facétieuses tout au long de sa carrière : Bel Canto, El Primitivismo, Impressionnismes, Haïkus De Pianos...
En 2000, une reprise par Robert Wyatt et Pascal Comelade de l'indémodable September Song de Weill/Anderson concrétise cette admiration sans réserve.

Mais Robert Wyatt est "présent" dès les premiers enregistrements de PC sous la forme d'évocations sonores qui semblent prolonger le 1er album solo The End Of An Ear. Citons Barcelona Tango, Good-Bye Wyatt Hat, Wyatt Ah Um... tous réédités en 2014 dans le coffret My Degeneration Electronics 1974-1983.

Dans Good Bye Wyatt Hat et Wyatt Ah Um il rend non seulement hommage à l'univers sonore de Robert Wyatt, mais fait aussi un double clin d'oeil à Charles Mingus et à l'album Ah Um et le morceau Goodbye Pork Pie Hat. Charlie Mingus que Robert Wyatt ne manque jamais d'évoquer lorsqu'on l'interroge sur ses principales influences musicales.
 


In A Lebanon Park in Sentimientos - Pascal Comelade (1982)


Wyatt Ah Um in Sentimientos - Pascal Comelade (1982)



Mais si je devais ne retenir qu'un musicien parmi tous ceux qui citent Robert Wyatt parmi leurs influences majeures, je choisirais Benoît Burello alias BED pour l'ensemble de son oeuvre (admirable):

Les références du vieux garçon, en ce domaine, sont William-Carlos Williams et Walt Whitman, pour le parler anglais, préféré au français, que Burello voit confiné à l'écrit. En matière musicale, Benjamin Britten pour ses Suites pour violoncelle et «son homosexualité ­ à l'époque...»; mais surtout inépuisablement, Robert Wyatt, le doloriste pataphysicien de Soft Machine, paralysé en plein trip coco psychédélique.

Bayon in Libération - 31 mars 2001.




Wondertalk in Spacebox - BED (2002)



Je ne peux terminer cette rubrique sur les hommages à Robert Wyatt sans mentionner "l'Affaire Guy Pedersen" !

Si je me souviens bien, elle surgit brutalement sur Kazaa (les anciens me suivront) sous la forme d'un fichier mp3 anonyme accompagné d'un message laissant entendre qu'il s'agit très vraisemblablement d'un inédit de Robert Wyatt...

Le réseau s'agite, la rumeur va bon train, des courageux prennent parti pour ou contre cette révélation. Une écoute à peine sérieuse ne laisse pourtant aucun doute mais il est vrai qu'on retrouve dans ce morceau quelques archétypes sonores qui ne sont peut-être que d'amicales citations...

Après quelques recherches plus approfondies, le mystère est levé : il s'agit d'un morceau de l'album vinyl " Maxi-Music" de Guy Pedersen paru en 1972 chez Télé Music..... la kazaasphère respire !




 

Track B2 : Petit Moujik De Nuit
Guy Pedersen - Maxi-Music