Les années Before | Soft Machine | Matching Mole | Solo | With Friends | Samples | Compilations | V.A. | Bootlegs | Reprises|
Vinyl et vin/Vinyl and wines


     
 
Musardant sur le net, je découvre ce poème de Nicolas Klotz, qui me réjouit. Le vin et l'heure tardifs déplient l'évidence, réécouter Soft Machine et Robert Wyatt c'est tour à tour se coltiner l’énergie la mélancolie la révolte la beauté - décennie après décennie...
 

Samedi soir
Une bouteille de vin rouge sur la table
J’écoutais fort des disques au casque
De ma platine
Pour ne pas embêter le voisin du dessous
Qui frappe dur au plafond avec un balai
Verre de vin après verre de vin
Joy Division New Order Soft Machine
Les paroles d’Ian Curtis
L’orgue de Mike Ratledge
La batterie et la voix de Robert Wyatt
S’infiltrent en profondeur dans l’intimité
Le vin et l’heure tardifs
Déplient l’évidence
La musique est vivante
Décennie après décennie
Rien ne l’arrête
L’énergie la mélancolie la révolte la beauté
Rien ne les arrête
J’aime beaucoup la matière vinyle des disques
On entend le support physique de la musique
La matière dans laquelle elle est gravée
La musique est là
Dans les sillons infinis des 17 minutes environs
Pendant lesquelles l’aiguille fait son travail
Beaucoup plus complexe
Plus subtil
Que le lecteur CD Home Cinéma
VOUS L’AVEZ RÊVÉ SONY L’A FAIT
Le pressage VERVE produit un silence différent du pressage IMPULSE !
Alors que dans le cosmos numérique le silence est partout identique
Et la musique flotte
Sans support
Froideur des chiffres des crédits et du chloroforme
Le support fait partie de la perception
Le hors champ chez les Straub qui mixent en mono
Vient de l’écran
Alors que partout ailleurs
Il vient surtout des installations Dolby
Qui entourent les spectateurs dans les salles
Beaucoup aujourd’hui sont à la recherche des pressages mono
Des premiers Velvet Underground et des Rolling Stones
La perception est conditionnée par le support
En musique comme au cinéma
Les révolutions technologiques
Sont aussi des révolutions de la perception humaine
Le monde devient la manière dont nous le percevons
Ceux qui vivent en dehors du champ de vision de la technologie numérique
Disparaissent
Parce qu’ils ne sont plus détectables par
LE PLUS GRAND NOMBRE
Qui n’est qu’une très petite élite
Une infime petite caste
Apprivoisée par la technique
Et par le confort Haute Définition
Avec qui les grandes fortunes
Veulent construire un monde à leur image
Vidé de toute vie de toute vision de tout avenir
Mais les hommes les femmes et les enfants qui disparaissent
Sont de plus en plus visibles
De mieux en mieux détectés
Par toutes les formes de police qui contrôlent nos frontières
L’époque n’est plus comme je le pensais
Il y a encore quelques mois
Un mai 68 à l’envers
Mais un 1789 à l’envers
Où les guillotines veulent achever les pauvres
Colossale régression humaine
Prise dans la vertigineuse expansion de la finance
Et de la technique
Le disque tourne l’aiguille a terminé sa course
Depuis combien de temps ?
Je plane dans les vapeurs du Bourgogne rouge
En écoutant Soft Machine 4
Surtout pour la batterie de Robert Wyatt
A qui Soft Machine avait coupé le sifflet
Ca me rappelle une étonnante anecdote que Wyatt m’avait raconté
Robert Wyatt et Mike Ratledge étaient dans la même école à Canterbury
Plus âgé que Robert
Mike faisait partie de la « School Patrol »
En charge de la discipline des élèves
Le jeune Robert aimait fumer dans les toilettes
Plusieurs fois Mike l’a dénoncé
Wyatt disait que même dix ans plus tard
La surveillance continuait au sein de Soft Machine
Mike appréciait peu les paroles des chansons de Robert
Qui peu à peu a cessé de chanter
Puis a quitté Soft Machine
Quelques années plus tard Robert est tombé par une fenêtre
Et s’est brisé la colonne vertébrale
« The singer I am » disait-il
« Didn’t need the drummer I was anymore »
Depuis il a fait une dizaine d’albums magnifiques
Ecoutez sa reprise de Strange Fruit (Billie Holliday)
Peu de temps après
Mike Ratledge et Hugh Hopper ont quitté Soft Machine eux aussi
Laissant le nom du groupe à d’autres musiciens
Qui après quelques albums médiocres
L’a définitivement enterré
A force de vouloir tout contrôler
On détruit la raison d’être des choses
Comment imaginer qu’une société de contrôle
Puisse générer autre chose que sa propre destruction ?

NICOLAS KLOTZ
02/11/2005 18h38

Nicolas Klotz a réalisé en 1992 "Robert Wyatt part On" - Production Mégamix, France 3.