Les années Before | Soft Machine| Matching Mole | Solo |With Friends | Samples | Compilations  V.A. | Bootlegs | Reprises|
Docteur Honoris Causa


ROBERT WYATT DISTINGUÉ PAR L'UNIVERSITÉ DE LIÈGE

Les sept musiciens et compositeurs suivants,
Dick Annegarn, Anthony Braxton, Arvo Pärt, Henri Pousseur (à titre posthume), Frederic Rzewski, Archie Shepp et Robert Wyatt ont été faits Docteur Honoris Causa par l'Université de Liège le 17 septembre 2009. Rappelons que ce titre honorifique permet à une université de souligner l'œuvre d'une personnalité ayant posé sa marque dans un domaine particulier. Pour l'Université de Liège, c'est avant tout la reconnaissance de leur rôle de "passeur de musique":

" Leur goût pour l'innovation, tout comme leur refus de confiner leurs créations à un seul genre ou à une seule tradition ne les ont pas empêchés de récolter un succès considérable auprès de leurs contemporains, dépassant les clivages qui séparent trop souvent les représentants de la musique populaire des expérimentateurs confidentiels.

Mettant leur érudition et leur imagination au service du plus grand nombre, les artistes honorés ont aussi brillé par leur intégrité morale, leur honnêteté intellectuelle et leur indépendance radicale par rapport à ce qu'il est désormais commun d'appeler l' «industrie musicale». "

On ne peut mieux dire.

Cet hommage a donné lieu à une conférence-débat en présence des musiciens et compositeurs et à un concert privé gratuit en fin de journée où ont été jouées des œuvres des sept musiciens honorés.

Nos envoyé(e)s spéciaux n'ont rien manqué de cette journée aussi étonnante que réjouissante...

Nous avons donc suivi pas à pas R.W. ce jeudi dans toutes les manifestations publiques organisées entre autres en son honneur.

Eminemment simple et sympathique, il nous est apparu serein et calme tout au long de la journée. Peut-être s'est-il demandé ce qui lui arrivait d'être autant entouré. Il était curieux des lieux dans lesquels il se trouvait, regardant souvent, le matin, une magnifique coupole conférant à la salle de conférence une grandeur et une majesté certaines. Un peu détaché, il écoutait cependant les interventions de ses collègues musiciens avec une certaine tendresse qui lui amenait de temps à autre un sourire.
La cérémonie protocolaire semblait plus encore que le matin le laisser perplexe. Même la grande toge noire qu'il avait dû revêtir ne l'aidait pas à comprendre la solennité à laquelle il devait faire face : alors il est resté égal à lui-même, serein, un rien détaché et passif à l'égard de tous ces honneurs. Il s'est toutefois amusé au moment où l'on lui a remis la médaille de Dr Honoris causa.... car, à peine entre les mains, il la perdit immédiatement : cela l'a vraiment égayé.
Le couronnement de la journée fut le concert du soir.... et là, après l'interprétation de ses morceaux par quatre jeunes musciiens, je pense qu'il fut très ému quand la salle entière lui a fait un triomphe, les spectateurs s'étant tournés vers lui pour l'applaudir et l'ovationner de voix vives... là, il avait enfin retrouvé son monde, celui dans lequel finalement il doit se sentir le mieux : la musique.

Journée inoubliable pour lui je l'espère mais assurément pour nous qui avons eu l'immense bonheur de partager un moment sa vie

Philippe et Armande Paye



Concert :
Alifib,
Gharbzadegi et Vandalusia interprétés par l'Ensemble Musiques nouvelles/Quatuor Tana (arrangements de Stéphane Collin.)

Crédits photos:
Alfreda Benge, Philippe Paye et Charles Van Waalwijk.

 







Vandalusia






Alifib







Gharbzadegi