Nothing Can Stop Us
1982

Robert Wyatt

   
 


 
JAZZ HOT - Janvier 1983 - N°397

Robert Wyatt : Nothing Can Stop Us

Pierre de Chocqueuse
 

Depuis la sortie de "Ruth Is Stranger Than Richard" en 1975, Robert WYATT n'avait plus enregistré d'album sous son propre nom. Un silence musical interrompu par sa participation aux séances de quelques disques, prêtant sa voix à Caria BLEY et Mike MANTLER ("The Hapless Child", "Silence"), à Nick MASON ("Fictitious Sports"), apparaissant ça et là dans les musiques de quelques amis. L'âme du défunt Soft Machine amorce ainsi son retour.
C'est une petite compagnie de disques Rough Trade qui lui permet d'accéder à son désir d'enregistrer une série de 45 tours réunis ici sous le titre de "Nothing Can Stop Us". Ne signant qu'une seule composition, il s'exprime à travers les chansons des autres reprenant les musiques de nombreux pays qui lui tiennent à coeur. Des chansons simples, variées qui traduisent son goût très éclectique, son intérêt pour le folklore, pour les musiques traditionnelles. "Nothing Can Stop Us" est également un manifeste politique, un engagement personnel face à l'histoire. "Born Again Crétin" est une chanson sur Nelson Mandala, un leader noir sud-africain emprisonné depuis plusieurs années. "Arauco" de Violetta PARRA est une exhortation au soulèvement des chefs indiens contre les colonisateurs. L'hymne national cubain, l'original du fameux "Guantanamera" côtoie le fameux "Strange Fruit" composé par Billie HOLIDAY. Le chanteur s'efface aussi volontiers n'intervenant pas dans deux des titres de cet album pour nous laisser entendre le groupe DISHARI, des musiciens originaires du Bengladesh s'exprimant dans la pure tradition de leur folklore sur l'assouvissement de leur communauté à Londres et le poète Peter BLACKMAN récitant une de ses oeuvres.
Robert WYATT avoue être un musicien primitif, utilisant à la base les deux instruments les plus simples, la bouche et les mains. Il joue ici à peu près tout ne s'entourant que de quelques comparses parmi lesquels Bill Mac CORMICK et Harry BECKETT.
Autre caractéristique de sa musique, ce son d'orgue très particulier que l'on retrouve déjà dans ses précédents enregistrements. Voix, orgue, piano, des percussions abondamment utilisées remplacent souvent la traditionnelle batterie. Une ligne de basse souvent très simple suffit pour créer un climat irréel. Une musique flottante, légère et intemporelle.
"Nothing Can Stop Us" est un album marginal de la pochette à son contenu. Ici rien n'est parfait, tout laisse plutôt à désirer, un sympathique laisser-aller se dégageant de ces quelques chansons. La musique redevient humaine dans son imperfection, ne donne pas une impression d'achevé, restant plutôt dans un état de gestation prolongée. On retrouve ainsi le stade de la maquette avec ce que cela comporte de spontané, de vivant. Mais surtout Robert WYATT donne beaucoup de lui-même avec cette générosité qui est la marque de tout ce qu'il entreprend. Cet album, disponible depuis quelques mois en import dans quelques magasins spécialisés, sort en janvier en pressage français, distribué par CELLULOÏD. Ne le laissez pas passer.




 
       

Critiques/Reviews