Hatfield & The North
1973

Hatfield & The North

   
 


 
JAZZ MAGAZINE - N° 658 - Février 2014

Hatfield & The North - 1973 - Virgin Records

Franck Bergerot
 

Parmi la descendance de la scène dite "de Canterbury" née au milieu des années 60 à la Simon Langton School et chez les parents Wyatt, "Hatfield and the North" nous marqua particulièrement parce qu'aux côtés du chanteur-bassiste Richard Sinclair, du guitariste Phil Miller, du claviériste Dave Stewart et du batteur Pip Pyle, on apercevait pour la première fois Robert Wyatt dans la chaise roulante à laquelle il était condamné depuis le 1er juin 1973. Invité lors des séances d'octobre à chanter sur un titre, Calyx, il signait son acte de renaissance et annonçait son œuvre à venir tout en participant à la cohérence de l'un des disques les plus aboutis de la galaxie canterburienne par la qualité d'assemblage (au sens œnologique) d'une multitude d'arômes dont on est autorisé à citer les sources (Soft Machine, le folk revival et le pop-rock anglais) ou qui invitent au moins à certaines comparaisons (notamment le tandem Gary Burton / Steve Swallow, le second Return Forever dont "Hymn of the Seventh Galaxy" n'est peut-être pas même pressé à l'heure où s'enregistrent ces faces, voire le Frank Zappa de "Burnt Weeny Sandwich" et "Hot Rats").



 
       

Critiques/Reviews